anxiété alimentaire

Comment vaincre l’anxiété alimentaire ?

Les personnes souffrant d’anxiété alimentaire s’inquiètent des conséquences de l’alimentation ou de l’impact que différents types d’aliments auront sur leur corps. Leurs préoccupations peuvent impliquer un excès de calories, être jugé ou prendre du poids. Certaines personnes souffrant d’anxiété alimentaire peuvent avoir peur de la texture, des réactions allergiques ou de l’étouffement.

Parfois, cette anxiété peut conduire à des restrictions ou à un évitement alimentaire. Lorsque cette inquiétude affecte la vie quotidienne ou interfère avec la qualité de vie, elle peut également être limitante, voire dangereuse. Éviter certains aliments peut potentiellement entraîner des carences en vitamines et en minéraux, la malnutrition ou d’autres complications de santé. La bonne nouvelle est que de nombreuses personnes peuvent surmonter leurs angoisses alimentaires.

La nourriture est, bien sûr, essentielle à la vie et au-delà, c’est une source de plaisir, de joie et de communauté. Si vous avez de l’anxiété à propos de la nourriture ou si vous pensez que votre proche en souffre, travailler avec un professionnel et suivre certaines étapes spécifiques peut ramener la joie de manger. Voici ce que vous devez savoir sur l’anxiété alimentaire, y compris les causes et des conseils pour y faire face.

Qu’est-ce que l’anxiété alimentaire ?

L’anxiété alimentaire survient lorsqu’une forte nervosité ou des sentiments de peur sont déclenchés par la présence de tout aliment, de certains aliments ou dans des situations spécifiques. Ces sentiments anxieux interfèrent avec la santé, la qualité de vie et la capacité d’accomplir les activités quotidiennes d’un individu. 1

L’anxiété alimentaire peut créer une réaction physiologique appelée «combat ou fuite», qui provoque un rythme cardiaque rapide, des papillons dans l’estomac, des tremblements, de la transpiration, une respiration rapide et un sentiment d’être dépassé.

L’anxiété autour de la nourriture provient d’un certain nombre de sources différentes. Lorsque l’anxiété alimentaire découle de la peur de la façon dont la nourriture affectera sa sécurité ou de la peur que quelque chose de mal se produise lorsque la nourriture est consommée, il peut y avoir une restriction alimentaire en général ou une restriction de certains types d’aliments. Cela peut conduire à ne manger que certaines textures, un faible appétit ou un manque d’intérêt pour la nourriture, ainsi qu’une alimentation extrêmement difficile.

Parfois, les personnes craignent de s’étouffer ou de développer une réaction allergique ou elles peuvent avoir déjà eu une expérience négative avec la nourriture. Ces causes sont généralement observées en l’absence de troubles de l’image corporelle ou de peur de prendre du poids.

L’anxiété alimentaire peut également provenir d’une peur de prendre du poids ou d’une distorsion de l’image corporelle. Les signes peuvent inclure des restrictions alimentaires, la restriction de groupes d’aliments spécifiques, le fait d’être submergé par les choix alimentaires et de ne pas savoir quoi manger. D’autres symptômes peuvent inclure une obsession du poids, de l’image corporelle, des ingrédients dans les aliments et de ce que les autres mangent.

Quelle que soit la cause de l’anxiété alimentaire, elle peut entraîner des difficultés de concentration, des étourdissements, de la fatigue, de l’irritabilité, une perte de poids importante, un retard de croissance et une malnutrition. 4 Tous les types d’anxiété alimentaire doivent être traités, mais les approches de traitement varient en fonction de la cause profonde ou du déclencheur.

Causes de l’anxiété alimentaire

Les causes de l’anxiété alimentaire peuvent provenir d’un certain nombre de facteurs génétiques, sociaux, culturels et psychologiques différents. Certaines anxiétés peuvent apparaître chez les jeunes enfants et d’autres se développent à partir d’un déclencheur spécifique ou de nombreux déclencheurs plus petits à mesure qu’un individu vieillit. 5 Voici un examen plus approfondi de certaines des causes de l’anxiété alimentaire.

Peur des réactions allergiques

Les personnes souffrant d’allergies alimentaires doivent faire très attention à ce qu’elles mangent. Ils peuvent développer une anxiété liée à leur peur d’avoir une réaction allergique, surtout s’ils ont récemment eu une réaction grave.

D’autres peuvent être anxieux s’ils soupçonnent qu’ils ont une allergie alimentaire ou un syndrome d’allergie orale, mais n’ont pas de diagnostic officiel. Certaines situations, comme manger au restaurant et chez d’autres personnes, peuvent déclencher cette anxiété en raison du fait de ne pas savoir quels ingrédients se trouvent dans les aliments. Cela peut entraîner des difficultés à participer à des événements sociaux qui impliquent souvent de la nourriture.

Expérience négative précédente avec la nourriture

Certaines personnes développent une anxiété alimentaire à partir d’une expérience passée négative. Par exemple, si vous mangez un aliment moisi ou qui a mal tourné et que vous avez subi une intoxication alimentaire, vous pourriez avoir une aversion à manger cet aliment à l’avenir. Ou vous pouvez vous soucier des dates d’expiration .

De plus, les souvenirs d’expériences alimentaires passées influencent la formation des préférences alimentaires et des attitudes envers la nourriture. Le rappel de ces souvenirs peut susciter des sentiments d’anxiété, de culpabilité, de honte ou de peur et rendre l’alimentation plus difficile ou anxiogène.

A lire Aussi : Gynophobie : la peur des femmes, pourquoi certains hommes la ressentent et comment s’en remettre

Peur d’être jugé

Certaines personnes sont gênées par leurs choix alimentaires et craignent d’être jugées par les autres. Certains peuvent manger différemment devant les autres que lorsqu’ils sont seuls. Si une personne a grandi dans un ménage où les membres de la famille ont fait de nombreux commentaires négatifs sur la nourriture ou sur la quantité de nourriture consommée, elle peut continuer à avoir ces peurs en vieillissant.

De plus, il peut y avoir une peur du jugement en raison du gain de poids associé à certains aliments ou à la quantité de nourriture dans l’assiette. 8 Chacune de ces peurs du jugement peut amener quelqu’un à restreindre la nourriture ou à éviter les situations sociales dans lesquelles la nourriture est présente.

S’inquiéter de la prise de poids

Vivant dans une société où la stigmatisation du poids, la culture de l’alimentation et le fait de juger les gens en fonction de leur poids sont si répandus, de nombreuses personnes développent une anxiété alimentaire enracinée dans une peur intense de prendre du poids. Beaucoup peuvent associer la prise de poids à des sentiments de culpabilité, de honte ou d’échec, et peuvent aller jusqu’à l’extrême pour l’éviter. Les individus peuvent restreindre la nourriture et faire trop d’exercice afin d’éviter de prendre du poids, ce qui augmente le risque de développer un trouble de l’alimentation.

Faire face aux conditions médicales

Avoir certaines conditions médicales qui nécessitent des changements alimentaires peut entraîner une anxiété alimentaire. Des conditions telles que le reflux acide, la maladie coeliaque et le syndrome du côlon irritable qui obligent un individu à réduire les portions de certains aliments ou à éliminer certains aliments peuvent créer de l’anxiété et entraîner d’autres comportements alimentaires restrictifs. De plus, une personne peut ressentir de l’anxiété si elle s’inquiète d’une éventuelle contamination de son aliment déclencheur, comme le gluten.

Une étude a porté sur des adolescents et des adultes diagnostiqués avec la maladie cœliaque suivant un régime strict sans gluten. Bien qu’il soit essentiel d’adhérer à un régime sans gluten pour gérer la maladie cœliaque, on craint qu’une « extrême vigilance » dans le suivi du régime entraîne une augmentation de l’anxiété, de la fatigue et une baisse de la qualité de vie. L’étude a montré que ceux qui suivaient le régime à un niveau extrêmement vigilant avaient une anxiété accrue et une qualité de vie inférieure. 9

Aversion pour les textures

Certaines personnes ont un apport alimentaire et une variété limités en raison de leur aversion pour certaines textures. Ce qui apparaît souvent comme une alimentation extrêmement difficile dans l’enfance peut en fait être le signe d’un trouble du traitement sensoriel ou d’un trouble de l’apport alimentaire restrictif évitant, ou ARFID.

Des aversions peuvent exister en raison de la peur de certaines textures, odeurs ou sensations. Ils peuvent également s’inquiéter des conséquences qui pourraient survenir après avoir mangé, comme des nausées, des vomissements ou des nausées. La malnutrition peut survenir en raison d’une variété limitée d’aliments nutritifs.

Troubles de l’alimentation

Les troubles de l’alimentation, tels que l’anorexie mentale, la boulimie nerveuse et l’hyperphagie boulimique, provoquent une anxiété alimentaire pour plusieurs raisons. Ils se présentent principalement comme des troubles de l’apport alimentaire restrictif avec un souci de prise de poids, compensant l’alimentation par des purges, des laxatifs ou un excès d’exercice, ou ayant un très fort désir de contrôler les émotions et l’environnement par la nourriture. Les personnes atteintes de troubles de l’alimentation peuvent être très anxieuses à l’idée de manger devant les autres et dans des situations sociales, en particulier lorsque leurs aliments «sûrs» ne sont pas disponibles. 4

Conseils pour faire face à l’anxiété alimentaire

L’anxiété alimentaire est traitable et il existe de nombreuses méthodes pour apprendre à faire face. Bien qu’il soit préférable de travailler avec un professionnel qualifié comme un diététiste ou un professionnel de la santé mentale, il y a des choses que vous pouvez faire vous-même pour faire face. Voici quelques éléments à prendre en compte si vous êtes anxieux à propos de la nourriture.

Faites attention à votre dialogue interne

Comment vous parlez-vous quand vous mangez ? Les pensées sont-elles négatives ? Craignez-vous de vous étouffer, d’avoir une réaction allergique ou de vous battre? Essayez de remarquer ce qui vous passe par la tête lorsque vous mangez et voyez si vous pouvez changer le langage pour un discours intérieur plus réaliste.

Recadrez votre vision des aliments

Étiquetez-vous les aliments comme « bons » et « mauvais » ? Considérez-vous la nourriture comme un moyen de contrôler votre poids ou de vous faire grossir ? Essayez de penser à la nourriture comme carburant et énergie pour que votre corps puisse faire toutes les choses que vous faites en une journée. Neutralisez les aliments en ne les étiquetant pas ou en leur attribuant une valeur morale et rappelez-vous que tous les aliments peuvent entrer dans une alimentation équilibrée.

Débarrassez-vous du perfectionnisme

L’alimentation parfaite n’existe pas. Bien qu’il soit important de manger pour se nourrir, il n’est pas réaliste de ne manger que des aliments nutritifs tout le temps. Nous pouvons inclure des aliments amusants dans notre alimentation sans nous punir pour eux ou compenser plus tard en étant restrictifs.

Pratiquer une alimentation consciente

Êtes-vous présent lors de vos repas ou avez-vous du mal à rester dans l’instant ? Pratiquer une alimentation consciente peut aider à soulager l’anxiété pendant les repas. Essayez de respirer profondément et d’utiliser vos cinq sens. Pensez à la saveur des aliments et à leur odeur. Faites également attention à vos pensées en mangeant. Remarquez quand vos pensées s’égarent et ramenez-les au moment présent.

Donnez-vous de la compassion

Soyez indulgent avec vous-même et accordez-vous une certaine liberté. Que vous vous inquiétiez d’une réaction allergique, d’un étouffement ou de l’impact physique de la nourriture sur vous, il est important de reconnaître vos sentiments et de ne pas vous en vouloir de ressentir ce que vous ressentez. La clé est de reconnaître vos sentiments et de trouver des moyens sains de faire face à ces sentiments.

Obtenir de l’aide extérieure

Il est difficile de surmonter l’anxiété alimentaire seule et un soutien supplémentaire est souvent essentiel. N’hésitez pas à contacter votre famille et vos amis pour obtenir de l’aide ainsi que des professionnels de la santé. Un thérapeute ou un diététiste peut vous aider à développer les compétences nécessaires pour guérir votre relation avec la nourriture.

L’anxiété alimentaire peut sembler très isolante, mais vous n’avez pas besoin de lutter seul. Contactez un médecin, un diététiste ou un thérapeute pour obtenir l’aide médicale, nutritionnelle et psychologique dont vous avez besoin. Si vous ou un proche perdez une quantité de poids malsaine, refusez de la nourriture ou mangez moins de calories que ce qui est sain, ou utilisez des mécanismes d’adaptation malsains, assurez-vous de demander l’avis d’un professionnel de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *